Bienvenue, Visiteur !





I'm a news block, edit me in the header template if you want to put any news! :D

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Cancer de l'ovaire
Hors ligne
admin
Administrateur


*******

80
80
May 2015
0
#1
Redoutable par la discrétion, voire l’inexistence de ses symptômes, le cancer de l’ovaire est diagnostiqué à un stade avancé dans 60% des cas.

Ceci explique qu’il se place au 5ème rang dans les causes de décès par cancer chez la femme, alors que cette pathologie est plutôt rare.

En 2005, 4 375 nouveaux cas de cancer de l’ovaire ont été recensés en France selon l’Institut de veille sanitaire et près de 3 200 françaises ont succombé à cette affection au cours de la même année.

Le pronostic s’avère en revanche beaucoup moins sombre (jugé curable plus de 8 fois sur 10) lorsque la maladie est détectée tôt. D’où l’importance d’un suivi gynécologique régulier, afin de ne négliger aucun signe potentiel de la maladie.

Les différents type de cancer de l'ovaire

Les cancers des ovaires peuvent atteindre une seule des glandes ou les deux (dans 1/3 des cas). Près de 90% des tumeurs malignes se développent à partir du tissu de surface de l’organe. On parle alors de carcinome épithélial, d’apparition plus fréquente après la ménopause.

La majorité des autres types de cancers de l’ovaire touchent les cellules qui produisent les ovules. Ces tumeurs germinales malignes surviennent plus volontiers chez la femme jeune.

Le saviez-vous ? Tumeurs et kystes aux ovaires sont relativement fréquents et pas toujours synonymes de cancer. Seul un prélèvement de tissu permet d’identifier formellement à quoi on a affaire.

l'âge

De la puberté jusqu’à 74 ans, la fréquence du cancer de l’ovaire progresse à mesure que la femme avance en âge.

l'ovulation

Un nombre important d’ovulations au cours de la vie accroit manifestement le risque de cancer de l’ovaire mais aussi le caractère agressif de celui-ci. Sans doute la succession de rupture- cicatrisation de « l’enveloppe » de l’ovaire lors de la libération mensuelle d’un ovule favorise-t-elle l’apparition d’anomalies génétiques à l’origine de la cancérisation. Ainsi, une puberté tardive, une ménopause précoce, les périodes de grossesse et d’allaitement, diminuent ce risque.

La prise d’un contraceptif oral empêchant l’ovulation réduit à elle seule cette menace de 40%. Le nombre croissant de femmes sous pilule laisse donc espérer une diminution certaine des nouveaux cas de cancer ovarien dans les années à venir.

les traitements hormonaux

Longtemps soupçonnés de favoriser le cancer au niveau des ovaires, la stimulation de l’ovulation dans le cadre d’une procréation médicalement assistée a récemment été innocentée.

Quant au traitement substitutif à la ménopause, il n’augmenterait que très peu le risque de développer ce type de cancer.

l'hérédité

On estime que 5 à 10% des cancers de l’ovaire sont liés à une prédisposition génétique. Le cancer frappe alors en moyenne dix ans plus tôt. La transmission d’une altération sur le gène BRCA1, plus rarement sur le gène BRCA2 (gènes impliqués dans la réparation de l’ADN) est responsable de plus de 80% des formes héréditaires de cancers du sein et de l’ovaire. Le risque cumulé à 70 ans de cancer de l’ovaire est de l’ordre de 40% si BRCA1 est touché, et de 10% si BRCA2 est concerné.

Le saviez-vous ? Selon une étude publiée début 2009, l’effet protecteur de la pilule diminuerait très lentement après l’arrêt du contraceptif oral, au point d’être encore intéressant lorsque celui-ci remonte à plus de 30 ans.

la chirurgie

La chirurgie consiste à retirer les ovaires, les trompes et l’utérus, voire une partie des organes voisins s’ils sont touchés (péritoine, ganglions lymphatiques, côlon…). Si la patiente est en âge d’avoir des enfants, que son cancer est mis à jour à un stade précoce et ne touche qu’un seul ovaire, l’ablation du seul ovaire touché sera envisagée pour préserver une future maternité.

En pratique, l’ablation des zones malades se fait si possible sans ouvrir le ventre, via coelioscopie : instruments opératoires et tumeurs passent par de petites incisions. Cependant, dans de nombreux cas, une laparotomie est indispensable pour réaliser un inventaire complet des lésions et procéder à une ablation totale de la maladie

la chimiothérapie

Envisagée avant l’intervention chirurgicale, la chimiothérapie vise à réduire le volume de la tumeur. Pratiquée après, elle est administrée dans le but d’éliminer les cellules cancéreuses résiduelles non visibles ou impossibles à retirer.
Très cordialement,   Smile
L'administrateur du forum



Atteindre :


1 visiteur(s)



Moteur MyBB, © 2002-2017 MyBB Group.
MyTrade theme by XSTYLED © 2014.